Votre Députée

Mon parcours

Née d’une mère française et d’un père coréen, j’ai grandi à Lyon et fait mes études à Paris à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm. Je me passionne à l’époque pour les relations franco-allemandes et leur inscription dans le projet européen, dans le cadre d’un an d’échange à la Freie Universität de Berlin. Après un stage à l’ambassade de France à Séoul (2007-2008), je décide de m’engager au service de la diplomatie et poursuis avec un poste de conseillère politique et chargée des discours au consulat général de France à New York de 2010 à 2012.

Dans le cadre de mon Master in Public Policy à la Harvard Kennedy School of Government, je choisis de me spécialiser sur la géopolitique du Moyen-Orient, et plus précisément de l’Afghanistan et de l’Iran. J’effectue divers séjours dans ces deux pays, au sein de l’ONG ActionAid à Kaboul (pour les droits des femmes) et en Iran pour un mémoire de recherche. En 2015, je m’installe en Iran.

De retour en France, je cofonde un média en ligne, Lettres Persanes, qui vise à mieux informer le public français sur l’actualité de la politique, de l’économie, de la société et de la culture iraniennes. Je me consacre à la fois au développement commercial (prestations de conseil aux entreprises) et aux activités de recherche et d’analyse (partenariats avec des institutions de recherche, publications, conférences, etc.).

Mon engagement au sein d’En Marche

J’ai rejoint En Marche très tôt, intriguée par ce mouvement citoyen qui cherche à dépasser les clivages et convaincue par ses valeurs progressistes et pro-européennes. Au cours de la campagne électorale, je m’engage dans les actions locales du 19e arrondissement de Paris, mon arrondissement (tractages, porte-à-porte, ateliers d’élaboration du programme, organisation de réunions publiques, etc.). Parallèlement, je rejoins l’équipe d’experts qui conseille le candidat Macron sur les relations internationales.

Aux côtés de Mounir Mahjoubi au QG d’En Marche, je m’occupe de la mobilisation dans les quartiers populaires. Nommée suppléante pour les élections législatives dans la 16e circonscription de Paris (19e arrondissement), je deviens députée suite à la nomination de Mounir Mahjoubi au secrétariat d’État au Numérique en juin 2017.

Mes responsabilités au sein de l’Assemblée nationale

  • Membre de la Commission des Affaires étrangères
  • Présidente du groupe d’amitié France-Iran (vice-présidente du groupe d’amitié France-Turquie et du GEVI Corée du Nord)
  • Rapporteure du groupe de travail pour la réforme de l’Assemblée nationale « Ouverture à la société civile et rayonnement scientifique et culturel de l’Assemblée »
  • Sujets d’engagement (liste non-exhaustive) : influence et rayonnement de la France à l’étranger ; politique française à l’international ; asile, immigration et intégration ; égalité femmes-hommes ; insertion professionnelle des jeunes des quartiers populaires ; Grand Paris ; etc.

crédit photo : © Assemblée nationale – 2017

Mon 19e arrondissement

Le 19e est un arrondissement de Paris où se concentre un grand nombre de défis : fortes inégalités socio-économiques, grande proportion de logement social (60%), mixité sociale menacée dans les établissements scolaires (80% d’élèves en zone REP ou REP+), sentiment d’insécurité, etc.

C’est aussi un arrondissement qui tire sa richesse et sa force de sa diversité et de l’engagement constant de ses habitants. Le tissu associatif est extrêmement mobilisé dans les quartiers populaires. Les équipes éducatives fournissent tous les jours un travail spectaculaire d’enseignement, d’accompagnement et de soutien aux élèves. La Villette, avec ses nombreux établissements (Philharmonie, CNSM, théâtre de la Villette, Trabendo, etc.), est un concentré de culture et d’art unique en Europe, qui rayonne bien au-delà des frontières de Paris, sans jamais perdre son lien avec le 19e.

Tout commence avec l’enfance et la jeunesse. La réduction des inégalités, l’éducation à la citoyenneté, la cohésion sociale de proximité, jusqu’à la construction d’un projet de société, démarrent dans l’école de la République, où se retrouvent tous ses enfants. C’est pourquoi je souhaite travailler en étroite collaboration avec les écoles, les collèges et les lycées pour désenclaver les quartiers trop souvent laissés à l’écart, rapprocher nos jeunes des institutions (et vice-versa) et ouvrir leurs horizons, pour le 19e.